6-Techniques de Gravure

 

Lorsqu’on s’intéresse aux gravures rupestres, il est impossible d’éluder la question des techniques de gravure, qui conditionne leur qualité, et éventuellement leur datation.

Il y a un réel embarras qui se traduit par une floraison de termes, de noms d’outils et de techniques .

Deux attitudes dominent: soit l’explication hâtive: en général on fait référence à un martelage réalisé à l’aide d’une pierre dure; soit une hypothèse aussi complexe et irréaliste que possible censée démontrer l’intensité de la réflexion et la puissance de l’analyse…tout ceci est censé calmer la faim du lecteur.

Il est vraisemblable que de nombreux auteurs n’ont jamais tenté de réaliser une trace rupestre à l’aide d’un galet bien aiguisé et les études du C.R.E.A.P ou du C.A.I.R.N montrent que la gravure du rocher à l’aide d’une pierre n’est ni évidente, ni facile et nécessite un investissement en temps considérable.

Focusing on petroglyphs requires investigation of engraving techniques with an obvious link to their quality, and may-be their dating.

Many descriptors are used about engravings, tools used and technology; this underlines the trouble of searchers.Generally ,people propose two types of hypothesis: either a quick statement about the empirical use of a stone; or a very complex and unrealistic explanation.

In many cases, it seems that authors  never handled a stone an tried some experimental work. Resarch work from CREAP or CAIRN, clearly show that engraving, using stones is not evident, uneasy and time-consuming.

Simple hypothesis are most of the time the most pertinent and, in addition, discussion with actual shepherds appears to be more realistic.

Many published data about engravings don’t take care of their size and position.The latter is a key element for their readability and conservation.

Most of Ubaye’s traces are rather small (decimetric to centimetric scale) and accurate; this seems inconsistent with the use of stone tools.

Sur cette roche, coexistent deux styles de piquetage et de marquage: les initiales sont,ou bien séparées par un point ou séparées par trois points alignés verticalement, par ailleurs la juxtaposition  et la position font penser à un bornage.-Fig 99-

 

Comme toujours, les hypothèses simples sont les plus proches de la réalité et par-ailleurs, il n’est pas interdit d’interroger les bergers-graveurs d’aujourd’hui pour rapprocher l’académique de la réalité.

Il est également frappant de constater que les travaux, dits scientifiques ,mentionnent rarement les dimensions des gravures et à fortiori leur position (qui conditionne généralement leur lisibilité, voire leur conservation…)la plupart de ces traces sont de dimensions modestes (échelle décimétrique, voire centimétrique) et leur tracé est extrèmement précis; cela indique une incompatibilité avec l’usage d’outils rocheux.

 

                  « Massil, né le 4 juin 1997-Eté 97- Son premier été à la montagne »

                   Incisions au couteau.Fig -100-

 

                           « été 1999-Massil a encore passé un été sur cet alpage »

       Gravures au couteau, restitution en négatif d’une photo  d’un placage de papier japon détrempé ,l’objectif est d’évaluer avec précision les dimensions des incisions, (ici, moins de 1mm), mais aussi la texture du support dont l’impact esthetique est rarement négligeable.                                                                             -Fig 101-

 

On pourrait envisager de créer un néologisme flatteur: le « PETREL » par analogie au « PIXEL » (élément de base de l’image) qui aurait le mérite de prendre en compte la taille, la densité au cm2, la régularité ou non des impacts constitutifs (points ou « dots ») qui renseignent sur l’habileté du graveur et l’outillage utilisé.En d’autres termes,définir  la résolution de la gravure considérée.Et on disposerait ainsi d’un outil objectif de classification des types de gravures .Nous y reviendrons au chapitre des propositions d’actions (méthodes de relevé des gravures)

One can imagine to create a  nice neologism: « PETREL » , close to the well-known « Pixel »; enabling a better description of size,density,quality of « pecks » (dots) , evaluation of the skill of the carver and identification of tools used.In other words define, the resolution of each trace.

De nombreuses gravures sont d’une telle finesse , avec des ponctuations de la taille du millimètre qu’on ne peut qu’envisager l’emploi d’un poinçon en acier.(un outil banal pour le bourrelier et, peut-être aussi pour le berger)

Many traces are so accurate, exhibiting « pecks » or « petrels » or dots,at millimetric scale that the use of a steel stiletto is probable. (such tool is of common use for the connler and the shepherd)

« Auguste Capare .5 Aout-FAITEs BIEN EST LAISSER DIRE »

Gravure en micro-piquetage, un exercice de virtuosité dans la réalisation des palmes entourant les deux profils (hauteur des profils 45mm).Présence d’un symbole inconnu en tripode.Il s’agit d’une vue partielle d’un linteau fourmillant de détails exubérants et parfois oniriques.(voir le chapitre 7- »Gravures des bergers ») Support: marbre rose.-Fig 102-

On observe ici une dizaine de points de piquetage par centimètre linéaire.-Fig 103-

 

Les gravures inachevées constituent une source précieuse d’informations: et montrent sans équivoque la pratique de tracés préliminaires dont le respect assure la qualité, la régularité et renseigne le graveur sur l’adéquation ou non du support qu’il a choisi, en termes d’espace et de qualité.

Uncompleted engravings  provide useful information and show the initial tracing which allows quality, accuracy of the engraving;and knowledge of the available space and rock-quality.

                                                      « ADR. ».ien..

(Fig 104) n’a pas été au bout de son projet: probablement insatisfait par la venue médiocre de la trace: successivement dessinée, incisée, puis évasée en « V »  .Cette ébauche est a rapprocher de la gravure inachevée présentée au chapitre 5- « Un patrimoine fragile »: Gravure « BJ ».(Fig 85)

 

Les outils utilisés ou utilisables n’ont pas été à ce jour retrouvés… , on peut citer comme plausibles:

-les galets aménagés, en pierre dure. Ces  percuteurs sont extrèmement imprécis, aisément usés et meurtriers pour les mains censées les utiliser.

-Le Pic métallique,les burins, rainettes ,poinçons et ciseaux à pierre (certains de ces outils font partie de l’outillage ordinaire du berger)

-Les marteaux, martelettes, et piolets

-Les couteaux

-Les clous forgés: toute bergerie nécessite l’emploi de clous forgés extrèmement résistants , précis et…maniables-Fig 105-

Cette hypothèse prend en compte: L’INVENTIVITE RURALE, par référence à l’« Invention Rurale » de P.Martel , qui est l’art universel et immémorial des gens pauvres, de ne rien jeter, d’utiliser souvent avec un réel génie créatif les moindres ressources.Et, ce, avec en particulier la méthode du DETOURNEMENT DE LA FONCTION INITIALE de l’objet considéré et dans le cadre très particulier de l’IMPROVISATION.

Cette improvisation, dévalue souvent le génie du détournement et se manifeste ici dans le choix hasardeux et fréquent de supports de qualité médiocre, voire inadaptée.

The tools effectively used have not been discoverd to-date;  and, hypothetically we can mention:

-Pebbles. These hammers are inaccurate,easily worn-out, difficult to handle.

-Metal picks,burins,awls,chisels (some of them are of common use by shepherds)

-Hammers,ice axes.

-Knifes

-Forged nails: any sheepfold needs the use of these nails which are very strong and easy to use.

This leads to the concept of « RURAL INVENTIVNESS » by reference to the « RURAL INVENTION » of P.MARTEL. This is the universal and immemorial art of poor people to save anything which might be potentially useful ;and find unexpected new-uses for any « saved  » tool or good.

This technique of « goods-reconversion » is generally linked to improvisation.

In the case of engravings this improvisation often leads to the choice of inadequate or poor quality slabs.

 

Par contre, ces graveurs occasionnels semblent savoir optimiser l’outil, la technique,la modulation de l’effort, en fonction de la qualité du support, en négligeant superbement un élément contemporain de gestion ,que personne n’ose plus contester: LE TEMPS PASSE. (les études du CREAP montrent que des dizaines d’heures sont nécessaires pour réaliser une trace simple…)

But these opportunist carvers seem able to optimize the choice of tools, their handling,the management of their efforts ; depending on rock characteristics; but with a superb scorn of the necessary time for carving.(CREAP studies clearly show that ,even a simple trace would require more than thirty hours, using stone tools)

La plupart des gravures sont réalisées avec soin, ce qui les démarque du « graffito » usuel et des traces parasites modernes.
Bien plus,ces gravures vivent ,avec des reprises, des enrichissements de leur contenu, des améliorations techniques au fil des ans.L’étude de la patine de ces traces est non ambigue et rendue possible par l’emploi de microscopes de poche , couplables à un PC.

 Most of traces are produced with great care (a major difference with « graffito »)Moreover these traces « live » with  revivals, enrichments and technical improvements ..;their patina study is conclusive, providing the use of electronic hand-microscope linked to any PC.

 

                                       « VIVAT.I.R.F.D.I.E. 1799″

Incisions (*)reprises par des cupules confluentes d’une grande régularité qui évoquent l’emploi d’une gouge ,plus probablement  d’une tête de clou pour l’évasement.                                                                                                                        En l’absence de référentiel connu, la signification est devenue impossible à préciser.Ce type de formulation est fréquent chez les Compagnons du Tour de France; son emploi est assez logique en période Révolutionnaire, pour laisser sa trace, sans-doute; mais sans risquer d’être aisément identifié..                               (*)Le premier chiffre neuf conserve une trace de l’incision initiale.                           -Fig 106-

 

En conclusion, bien loin des simples « martelages », les gravures relèvent de l’emploi de trois techniques et de leurs éventuelles combinaisons:

-le piquetage

-l’incision

-l’abrasion,l’usure: linéaire ou « en cupules »

Far from « hammerings », these traces are produced by three main techniques and eventually, their combination:

-dotting-pecking

-incision

-abrasion: either linear abrasion or « cups »

 

                                                           « C + C »

 Piquetage de qualité moyenne, bien que les « petrels » soient d’une bonne régularité.-Fig 107-

Burinage ,rendu en fausses couleurs, d’une maladresse toute relative car il est réalisé sur un support à l’arrondi très accusé; et à défaut d’être la lettre « P » il semble appartenir à une marelle partiellement détruite. La profondeur de la gravure rend l’hypothèse de son exécution à l’aide d’une pierre dure assez douteuse.      -Fig 108-

                                                          « J P »

                             Exemple d’une réalisation au ciseau plat.-Fig 109-

Détail d’une des gravures au couteau de la série « Massil ». son auteur a parfaitement su utiliser les caractéristiques particulières de la roche dont la texture rappelle celle de la stéatite .-Fig 110-

Deux vues de la « Bergère Elisa »…les cheveux font approximativement 8mm de longueur et l’évasement des lignes initiales en « U » a été réalisé avec une exquise précision. Le second document en négatif et fausses couleurs montre la vulnérabilité de cette trace.-Fig 111-112-

                                                             « J P 1767″

Ce document ,restitué en négatif ,illustre la maitrise des techniques de traçage: la réalisation de cursives est  difficile et ce style de traces est moins répandu , la finition (évasement) des tracés est maitrisée.Hauteur des lettres 22mm.-Fig 113-

Détail des cupules constituant la tête de « l’éléphant »: trompe et défenses, (voir le Chapitre « Originalité de patrimoine Ubayen)(Fig47) leur régularité et leur espacement sont remarquables.(diamètre des cupules 6mm)-restitution en fausses couleurs  -Fig 114-

                                                    « Cogordan 1927″

                                     Utilisation de cupules juxtaposées.-Fig 115-

 

                                                     « ANDRE Jean »

                             Marquage cupuliforme sur enduit en ciment.-Fig 116-

         Fig 117- Le « Mange Mian »: marelles, piquetages et cupules échappe à l’analyse et a pu être  enjolivé à diverses reprises.

 

 

 

                                                     « ENZO »

Fig 118-Evasement mixte: cupules confluentes et abrasion. La réalisation d’un enjolivement à la manière d’une lettrine n’est pas   rare.  On notera le recours très inhabituel  (à droite) à un effet de ligation et de miroir: « OZNE » ..;les tracés inversés du N et du Z sont incorrects.

 


Détail de la gravure: »Vis de telle sorte que si la mort te surprend, elle te trouve toujours prêt ». Technique mixte: incision, cupules, abrasion.Largeur du trait 2,5 à 3mm-Fig 119-

 

Dans la filiation technique, il faut noter les incisions et cupules réalisées sur le bois des portes , des tables et des linteaux avec un outil évident : le couteau, voire le poinçon.

Technologically related are traces on wooden parts of doors, tables and lintels; using and evident tool: the knife and also the style.

 

Portes de bergerie: La fantasia des traces  constitue une sorte d’annuaire local.   -Fig 120 A et B-

 

 

Cupules sur une porte en bois.                                                                                      -On passe ici de l’art de la communication à l’art pour l’art…  -Fig 121-

Les bergers-graveurs d’aujourd’hui utilisent leur couteau, en témoigne cet outil qui a perdu les deux-tiers de sa longueur à l’usage et qui continue à être utilisable (2011): un exemple de non-gaspillage pour une marque connue dont la devise (Fig 122) est :

                                                  « La main couronnée… »

To-day’s shepherds use their knife for carving; this document (2011) exhibits a tool with 2/3 length loss due to stone-carving. An example of non-wasting philosophy for a tool which motto is  » the crown above the hand »…